02 mars 2012

Le p'tit mot de Numérobis...

Numérobis va là où le vent le pousse... sans trop d'effort et avec pour but principal de contourner les règles. A 6 ans préparer une dictée veut dire écrire sur des petits bouts de papier, ou mettre le cahier sur les genoux ou.... Oui tout ça (et ça me désespère). Et depuis tout petit c'est comme ça... il cherche le moyen le moins fatiguant d'arriver à ses fins mais en étant à peu près sur d'avoir ce qu'il veut. Et il y arrive le bougre! A son palmarès: revenir avec une barquette de frites à la fête de la musique, un grand coca à la sortie d'un match de foot, un jeu sur une brocante, un tour de manège par une dame qu'il a su amadouer... Il finira soit milliardaire soit... anarchiste. Franchement je préfère le premier. Quoique dans tous les cas il y a de fortes chances pour qu'il flirte avec les bornes des limites.

 

Passons, c'était juste pour planter le décor.

 

dictee

Donc ce matin il avait la dictée, comme tous les jeudis (et d'ailleurs comme tous les mercredis, c'est la crise pour la préparer). A midi je lui demande comment ça a été. Il me répond qu'il a bien réussi mais il a quand même laissé des fautes. Et pourquoi à votre avis? Tout simplement parce que le maître est payé à le corriger... et que s'il ne fait pas de fautes, il n'aura plus de travail.

 

Comme d'habitude... je ne sais pas si je dois en rire ou en pleurer. Mais lui, il est content de lui.

Rendez-vous sur Hellocoton !

Posté par Coline Kifouine à 08:31 - Chronique d'une trentenaire - Commentaires [ 4] - Permalien [ #]
Tags : , , ,

Commentaires

  • a-t-il un peu de fierté ? Car si oui, laisse couler et après une ou deux gamelles, reprends les choses en main... et mets en place une stratégie avec le maître d'école.

    Posté par saperli, 02 mars 2012 à 08:54
  • Mon fils doit avoir le même principe de base...et le prof bosse dur avec lui...et j'en pleure !

    Posté par Phany, 02 mars 2012 à 10:07
  • ah! la dictée du jeudi qui pourrit l'après-midi du mercredi .Tous les mercredis ,je me prends la tête avec Victor pour préparer la dictée du lendemain ; j' ai proposé à Victor d'écrire au maître pour changer le jour de la dictée :il a dit "pas chiche"

    Posté par Elyane, 02 mars 2012 à 10:27
  • Mon mari est instit et je viens de lui lire ton post, il est mort de rire, il remercie ton fils de cette charmante attention, grace à lui et des milliers d'autres enfants, il n'y aura jamais de maitre au chomage. Ceci dit parfois les maitres aiment bien n'avoir pas trop de travail....

    Posté par Moune, 03 mars 2012 à 20:55

Poster un commentaire