14 novembre 2015

J'ai passé une semaine franchement pénible...

Après une semaine franchement pénible, je me pose enfin sur le canapé.. La zapette à la main je me demande avec quel programme je vais pouvoir regarder pour souffler un peu...

Le foot? Oh non je ne suis plus très foot... Je zappe, je zappe, et je surfe sur le net...

Tout à coup une phrase m'interpelle sur FB: "mais que se passe-t-il à Paris?" et silmultanément je tombe sur BFMTV... Une fusillade. Argh, encore un règlement de compte, les gens ne savent plus faire autrement que par la violence. Je regarde, j'écoute.... et je suis pris dans un flot interminable. Fusillade, explosion, prise d'otages... trop de mots, trop d'infos... ça n'est pas possible que ça recommence encore.

Je dors? Je suis dans un cauchemar?

Je reviens sur TF1 pour voir ce qu'il se passe dans le stade.... le match a bien lieu, normalement... Mais que se passe-t-il?? Je ne comprends plus... d'un côté c'est le carnage et de l'autre le programme se déroule normalement. Je dois être dans un cauchemar, oui c'est ça il n'y a pas d'autre explication. Je zappe d'une chaîne à l'autre pour comprendre. Je suis sur le net. Je comprends vite que je suis bien réveillée. Les minutes s'écoulent à la fois trop lentement et trop rapidement. Le monde tourne à l'envers.

Je ne peux pas croire ce que je vois et ce que j'entends. Je ne peux pas. Je ne veux pas que ça soit vrai.

Cette folie meurtrière. Ce sang froid pour tuer. Comment. Comment est ce possible. Ces cris, cette détresse et ce sentiment d'impuissance. 

Je reçois des messages de soutien venant de l'autre côté du monde, des amis, des connaissances. Le monde est suspendu aux informations. Tout va trop vite dans ma tête. Ces attentats ici et ailleurs, visant des personnes sans défense, qui n'ont rien demandé. Pourquoi ça. Pourquoi toutes ces guerres, pourquoi tous ces massacres, pourquoi tant de drames.

Mercredi les enfants lisaient des textes de paix pour la commémoration du 11 novembre. Pour se souvenir. ne pas oublier les drames et les ravages de la guerre. Il y a longtemps. Et quelques jours après on balaie tout. Comment expliquer aux enfants? Comment expliquer l'inexplicable? Faudrait il encore comprendre...

Vendredi 13... le matin même mon grand me demandait si c'était un jour de chance ou de malchance. Je ne savais pas répondre, je lui ai dit que c'était des superstitions, que chacun le voyait comme il le voulait mais que le plus souvent de toute façon... il ne se passait rien. Rien. Si j'avais su.

Ce matin à peine réveillée il fallait que je vérifie. Les informations n'avaient pas changé. Ce n'était pas un cauchemar. Enfin si... un réel cauchemar.

Oui, j'ai passé une semaine franchement pénible. Mais si je passe une semaine franchement pénible c'est que je suis vivante. Bien vivante. Je n'ai pas le droit de me plaindre et tout le reste paraît tellement futile et insignifiant face à l'horreur. Il faut profiter de tous les petits et grands moments de bonheur, ne rien laisser échapper. Rien.

 

12232670_921481944555644_3737473209040650583_o

 

Rendez-vous sur Hellocoton !

Posté par Coline Kifouine à 21:18 - Chronique d'une trentenaire - Commentaires [ 0] - Permalien [ #]
Tags : ,

Commentaires

Poster un commentaire